Gatsby le Magnifique : avis sur le film

Sorti en 2013, Gatsby le Magnifique (The Great Gatsby) est un film dramatique australo-américain écrit, produit et réalisé par Baz Luhrmann avec la participation de Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire. C’est la nouvelle adaptation du roman Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald, édité en 1925. Ce film est présenté hors compétition au Festival de Cannes 2013, mais a fait son ouverture.

Présentation générale du film

Le film raconte l’histoire de Nick Carraway, un jeune homme du Middle West s’approchant de la trentaine au printemps 1922. C’est un apprenti écrivain un peu naïf. Il quitte sa région le Middle-West dans le but de trouver du travail en finance à New York. Espérant vivre le rêve américain, il emménage ainsi à côté de Jay Gatsby (Leonardo DiCaprio), millionnaire au passé trouble, dont l’immense maison cache celle de Nick (c’était vraiment stupide). Il s’agit d’un milliardaire charismatique qui organise fréquemment des somptueuses et importantes réceptions, et multiplie les conquêtes féminines.

Nick sympathise avec son voisin, Jay Gatsby sauf qu’il ignore tout à propos de cet homme, sujet des rumeurs les plus extravagantes. Au fil des soirées, il observe l’univers des millionnaires et du gratin vaniteux, dandiné par des illusions, des déceptions amoureuses et des mystifications. Nick, fasciné par la vie aisée de ces riches sans en être dupe, commence à retranscrire cette expérience dans un roman. De son côté, Jay Gatsby tombe sous le charme de Daisy (Carey Mulligan), dotée d’une beauté captivante. Il ne parvient pas à oublier cet amour de jeunesse. La jeune femme blonde est l’épouse de Tom Buchanan (Joel Edgerton) un riche héritier frivole et la cousine germaine de Nick Carraway. Ce lien de parenté est favorable à ce dernier pour jouer le rôle d’entremetteur entre Gatsby et l’objet de son désir / passion qui ne tardera pas à virer au délire obsessionnel, puis à une forme d’autodestruction.

avis-gatsby-le-magnifique

Avis sur le film

L’histoire semble plus pédagogique et moins rayonnante que prévu. Dans la première partie, Gatsby le Magnifique ne présente pas des scénarios très intéressants, ce n’est qu’une débauche d’effets visuels et sonores. Mais l’arrivée de Nick Carraway (le narrateur, incarné par Tobey Maguire), jeune financier fainéant, au sein d’une petite bande d’ultras privilégiés de Long Island, les a un peu pimentés. Le moment a débuté lorsque le couple s’est rencontré après cinq ans de séparation. Gatsgy ruisselant de pluie se présente à sa belle qui tremble, désormais engagée ailleurs.

Le fond de problème qui semble animer le film est d’ordre pédagogique. On suit le parcours personnel plein d’énigmes de Gatsby, se situer dans la société américaine, et également dans l’espace. Le réalisateur a bien misé sur la souffrance de ce personnage principal, qui ne vit que pour l’amour réel, qui a même changé sa vie. Il se voit constamment entrainé au mensonge de sa réussite de parvenu malhonnête.

Cette nouvelle adaptation du film Gatsby a tout fait pour que ça marche (la version de 1974 misait principalement sur une atmosphère pleine d’hésitations, et s’était plantée au box-office). Le film perd quand même là un peu d’ambiguïté et de mystère.