Vivre ne devrait pas faire de Mal avec Aaron Alexander

[contenu intégré]

À quoi pensez-vous lorsque vous entendez le mot fitness? Aller à la gym? Aller courir? Du yoga ? Pour la plupart d’entre nous, la forme physique est quelque chose que nous faisons. Nous bloquons une heure ou deux pendant la journée pour nous concentrer sur notre santé physique. On a notre séance de sueur, mais alors quoi ?

À l’émission cette semaine, nous sommes rejoints par Aaron Alexander. Aaron est un thérapeute manuel et un coach en mouvement, ainsi qu’un auteur (La méthode Align) et un animateur du podcast Align. Le message d’Aaron est clair. La forme physique n’est pas ce que vous faites – c’est qui vous êtes.

Nos corps sont en construction 100% du temps. La façon dont nous nous asseyons, nous levons, marchons, nous reposons et nous bougeons quotidiennement envoie des signaux neurologiques à notre cerveau qui déterminent notre état de sécurité et de santé perçu. Avec une certaine conscience, nous avons la capacité de nous engager avec notre corps d’une seconde à l’autre d’une manière qui peut promouvoir une base plus solide de santé et de bonheur. Sans notre santé, que nous reste-t-il?

La douleur chronique est un énorme problème dans notre pays. Tout le monde a quelque chose: une mauvaise cheville, des maux de dos, un cou raide, des hanches serrées, la liste s’allonge encore et encore. Alors qu’est-ce qu’on fait à ce sujet ? Pour beaucoup d’entre nous, nous pourrions répéter l’action jour après jour qui cause la douleur. Les schémas posturaux sont la cause première de la plupart des douleurs qui apparaissent constamment dans notre corps. Nous passons la majorité de notre temps dans des postures qui vont directement à l’encontre de notre disposition native et de nos schémas physiologiques. Nous sommes assis à des bureaux penchés sur des ordinateurs, nous conduisons partout, nous nous prélassons sur des meubles moelleux et fixons compulsivement nos téléphones dans des positions qui rigidifient le cou et la colonne vertébrale.

Le principal facteur de différenciation entre nous et l’une des populations les plus saines du monde n’est pas dans la façon dont nous nous entraînons, mais dans la façon dont nous nous reposons. Aaron évoque une étude qui a enquêté sur une tribu en Tanzanie. Comme nous, ils étaient en “position de repos” pendant environ 9 à 10 heures par jour en moyenne. Mais leurs positions de repos sont très différentes des nôtres. Ils s’accroupissent, s’agenouillent, s’assoient les jambes croisées sur le sol et passent ce temps de repos dans des positions propices à leur anatomie. Le corps veut se sentir bien, c’est-à-dire son état naturel, mais nous inhibons la capacité de notre corps à se sentir bien en abandonnant ces gammes de mouvements qui sont naturellement bonnes pour nous.

Alors que pouvons-nous faire? Aaron souligne l’importance d’aménager votre environnement de travail et de vie de manière à ce que vous puissiez facilement et facilement accéder à une gamme complète de mouvements. Procurez-vous des coussins de sol ou un tapis confortable pour vous asseoir sur le sol, placez une barre de traction dans le cadre de la porte à suspendre (la suspension est l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour ramener votre corps à son alignement naturel), mélangez un bureau debout à votre routine de travail de temps en temps, faites une promenade. Mais en fin de compte, soyez juste conscient. Faites attention à la façon dont votre corps se sent à chaque moment de la journée. Identifiez les schémas posturaux qui vous causent de la douleur et de l’inconfort, et efforcez-vous de trouver des positions et des gammes de mouvements qui font que votre corps se sent bien.

Le concept d’alignement dépasse simplement nos corps physiques. Cela a également à voir avec notre capacité à réguler les émotions. Notre corps physique et notre perception mentale travaillent en cohésion l’un avec l’autre. S’il y a de la négativité et de la douleur dans l’esprit, cela se manifeste physiquement dans le corps. Si nous avons mal dans le corps, cela affecte nos pensées, notre perception et nos niveaux de bonheur. Prendre soin de votre esprit et de votre corps en tant qu’unité et leur fournir des signaux pour qu’ils travaillent ensemble est la clé d’une vie alignée.

Dans les mots d’Aaron, “le sommeil est une arme, la nature est une arme. »Mettre l’accent sur un rythme de sommeil régulier et prioriser le temps passé dans la nature sont deux des meilleures choses que vous puissiez faire pour votre santé mentale. Le jeu est un autre élément clé d’une vie heureuse et alignée. Nous avons l’impression que nous devons travailler dur et gagner du temps pour jouer. Mais Aaron ferait valoir que lorsque nous prenons le temps de jouer et que nous priorisons le jeu, nous travaillons mieux. Qu’est-ce que le jeu? Tout ce qui vous fait vous sentir vivant. Suivez votre bonheur, construisez votre vie autour d’elle.

Le corps est rempli de leviers sur lesquels nous pouvons tirer pour changer notre état, mais beaucoup d’entre nous sont aveugles à ce que sont même ces leviers. Aaron fait un travail fantastique dans cet épisode en ramenant certains de ces leviers à la surface et en nous donnant un livre de jeu pour être plus en phase avec notre corps.

SUIVEZ AARON:
instagram | YouTube | site

Écoutez le podcast

Abonner

iTunes Podcast BadgeStitcher Podcast BadgeGoogle Music Play Podcast Badge 

Jean-Luc Godard: Et si je vous disais que nous sommes toujours en construction, que nos corps physiques sont ce que nous faisons en ce moment, c’est nous préparer pour le corps que nous habiterons dans l’instant suivant. C’est l’une des philosophies de l’invité de cette semaine dans l’émission Chase Jarvis Live sur CreativeLive. L’invité est Aaron Alexander. Maintenant, si vous connaissez le travail d’Aaron, vous allez être excité pour cela. Et si vous n’êtes pas familier, je dois vous le dire, je pense que vous êtes dans une nouvelle réflexion. Aaron est un thérapeute manuel, c’est un coach de mouvement. C’est un auteur et l’animateur d’un podcast incroyable que j’adore appelé The Align Podcast. Aaron prend des pratiques de cultures du monde entier. Il a rassemblé ces idées et idées, les anciens invités du podcast de son voyage, pour comprendre que nous avons la capacité d’intégrer le mouvement dans notre vie quotidienne. Plus encore, les populations les plus saines du monde ne proviennent pas de la culture du gymnase.

Jean-Luc Godard: Donc, si vous frissonnez à l’idée de devoir aller au gymnase trois fois par semaine pendant deux heures à la fois, vous avez raison de vous en méfier. Et en fait, les cultures les plus saines ne font pas cela. Ils ont le mouvement infusé dans tous les aspects de leur vie. Et ce n’est pas aussi difficile que vous pourriez le penser. Aaron est un invité incroyable. En tant qu’animateur de sa propre émission, nous avons une conversation vraiment intime. Il est super articulé. Et regardez, si vous n’avez pas la santé dans cette vie, qu’avez-vous? Aaron est un maître pour nous aider à trouver cette santé. Trouvez-le d’une manière qui résonne profondément avec moi et je sais que cela va résonner avec vous. Je vais donc sortir de la route pour profiter du spectacle de cette semaine, yours truly dans Aaron Alexander. Aaron, merci d’être ici. Bienvenue au spectacle.

Jean-Pierre: Merci d’avoir fait en sorte que cela se produise, j’apprécie. C’est génial de vous rencontrer. J’ai participé à votre podcast et à votre travail. J’apprécie vraiment ce que tu fais.

Jean-Luc Godard: Eh bien, merci. Et la même chose est vraie à l’envers. Je me suis engagé avec le tien, c’est l’une des raisons pour lesquelles je veux que tu sois dans l’émission. J’ai avoué que juste avant de commencer à enregistrer, nous enregistrons avec de la vidéo et de l’audio pour ceux d’entre vous qui consomment sur l’une ou l’autre plate-forme. Et j’ai avoué que j’avais ce que je considère comme un problème de posture. Je ne sais pas comment ça s’est passé. Je ne sais pas où ça va. Je sais qu’il faut travailler. Et une partie de votre univers est bien, vous avez un nouveau livre dont nous allons parler un peu, sur l’alignement et la Méthode d’alignement. Mais votre travail ne concerne que la santé et le bien-être en général, mais je vous invite à donner un bref aperçu de la façon dont les gens devraient s’orienter autour de vous et de votre travail, de la façon dont vous vous êtes décrit, etc.

Jean-Pierre: Donc, la différence dans l’approche que j’adopte sur le podcast et dans mon livre, La méthode Align, et sur les médias sociaux et tout comme ma position dans le monde, comme le mouvement, le fitness, le bien-être, l’esprit, la conversation corporelle. Est-ce que le fitness est au-delà de ce que vous faites à l’intérieur d’une salle de sport, ou de ce que vous faites dans un studio de yoga, ou dans un dojo d’arts martiaux, lorsque vous prêtez vraiment attention à la façon dont vous bougez, à la façon dont vous respirez, ou peut-être même à la façon dont vous pensez. Mais c’est en fait, à chaque instant de la journée, ce sont toutes des occasions de s’engager dans la forme physique. Donc ce n’est pas quelque chose que vous faites, c’est quelque chose que vous êtes, quelque chose que j’ai dit probablement 6000 fois à ce stade. Alors, excusez-vous pour que cela sonne un peu redondant dans mon propre esprit.

Jean-Pierre: Mais je pense que la grande différence est la conscience que votre corps est en construction 100% du temps. Alors que nous sommes assis ici, nous avons ce processus magique appelé [transduction makeno 00:03:57] qui est essentiellement votre cellule-

Jean-Luc Godard: Nous aimons un grand mot. Nous aimons un grand mot ici.

Jean-Pierre: Ouais. C’est juste l’idée que vos cellules répondent aux pressions auxquelles vous les exposez à travers votre existence. Donc, en ce moment, vous ne faites pas transduire votre cul et votre dos, peut-être un peu vos pieds. Et lorsque vous appuyez votre corps contre ces espaces, vous créez un peu de charge électrique autour de cet espace. Et cela envoie des signaux aux ingénieurs, aux cellules de votre corps qui choisissent de décomposer les tissus dans cet espace ou de les accumuler. Donc, en ce moment, vous êtes comme cette œuvre d’art incroyable. Tu es toujours une œuvre d’art incroyable. Mais c’est comme si vous vous ciseliez du marbre. Tu es comme un Michel-Ange. Et vous ne vous sentez pas seulement dans un gymnase, mais littéralement chaque pas que vous faites, chaque respiration, tout en fait partie.

Jean-Luc Godard: Tout est dans un [inaudible 00:05:01].

Jean-Pierre: Ouais. Exactement.

Jean-Luc Godard: Eh bien, cela fait partie de ce que j’aime dans le travail que je fais pour apporter les informations, les têtes, les esprits et les cœurs des personnes les plus créatives et entreprenantes du monde, c’est cette idée de connaissance contre-intuitive. Et une partie de l’une des choses que je voulais célébrer avec votre travail sur l’émission aujourd’hui, une partie de ce que je voulais aider à enseigner aux auditeurs et aux observateurs est de savoir comment jouer un rôle actif dans ce dont vous avez parlé comme une vie 24/7. Vous façonnez toujours votre corps, pas seulement au gymnase. Et l’une des raisons pour lesquelles je suis fan de cela est que c’est évidemment méchamment utile, non? Parce que nous aimerions tous profiter des avantages de la salle de gym sans avoir à y aller. Ou peut-être pas tous, cela pourrait être une exagération, mais beaucoup d’entre nous. Et que le sous-texte ici est que si vous n’avez pas votre santé, qu’avez-vous?

Jean-Luc Godard: Nous parlons de créer des entreprises et des carrières créatives et de transformer des vies. Mais si vous ne le faites pas à un niveau très fondamental, si vous n’avez pas votre santé, alors qu’avez-vous? C’est donc avec ce genre de toile de fond à l’esprit que j’ai voulu plonger. Mec, je vais couvrir un tas de terrain en faisant référence à votre livre et à votre podcast. Mais plus précisément, les principes que vous avez partagés avec nous dans votre sorte de salve d’ouverture sur la façon dont le corps est un organisme très dynamique et qu’il est toujours en construction ou en reconstruction. Et j’ai pensé qu’un objectif pour faire cela égoïstement, hé, je suis l’hôte. Donc, personne ne peut enlever mon micro et peut m’éteindre je suppose. Mais j’aime penser à moi. Ok, me voilà, je suis Chase, je suis juste un gars. Et la vie, nous avons tous différents degrés de forme physique.

Jean-Luc Godard: Et chacun des nôtres a reflué et coulé au fil du temps de l’enfance à l’âge adulte, de l’été à l’hiver, de certains sports en saison à hors saison. Et donc, étant donné qu’il y a tellement de choses dynamiques au travail que nous avons des pressions au travail, nous avons des contraintes au travail. Je m’utilise comme, faisons semblant d’être un auditeur moyen. J’ai découvert maintenant à ce moment particulier de ma vie à travers une combinaison d’éléments, je vais les inventer, mais je pense que n’importe qui pourrait y insérer le sien. Je me retrouve dans la douleur d’une manière que je n’ai jamais connue auparavant. Faisons juste le regard le plus basique en arrière, je suis photographe de carrière depuis 20 ans. Et qu’est-ce qu’un photographe fait si ce n’est tenir un appareil photo sur le visage, tenir comme 15 livres devant ma tête. Et si vous écoutiez le podcast, vous ne pouvez pas voir cela, mais j’ai donc mon cou est devant le reste de mon corps, ce qui signifie que mes hanches doivent s’incliner d’une certaine manière, mon cou, etc.

Jean-Luc Godard: De plus, je suis beaucoup sur la route, je passe beaucoup de mon temps au lieu de devant un grand moniteur ce que j’ai en ce moment et tout mon équipement et mon bureau debout. Je passe beaucoup de temps sur mon téléphone, parce que je suis à l’arrière d’un [inaudible 00:08:13] ou dans un avion ou autre. Et c’est une autre caractéristique parce que je suis penché, plié au cou en regardant mon téléphone. Et puis insérez N nombre d’autres influences. Et ce que je trouve, c’est que ma posture est nulle, je mesure six pieds, je leur ai demandé et l’autre jour à quelle hauteur ils pensaient que j’étais, j’étais assis, ils pensaient que j’avais 5’8 ou 5’9, juste dans leur tête c’est ce qu’ils ont choisi. Donc, il y a cet empilement de ce que j’appellerais simplement des entrées problématiques. Et là, je me retrouve pour la première fois de ma vie, je me considère comme une personne en forme. J’ai mal, j’ai une sorte de douleur légitime dans le cou.

Jean-Luc Godard: Je sens que cela a un impact négatif sur ma vie, cela a un impact sur la quantité de travail que je peux faire, la joie que je peux avoir. Le mouvement que je ferais normalement dans le cadre de mon régime physique. Où dois-je commencer? Si je me penche sur la méthode d’Aaron, aidez-moi et par extension bien sûr, les auditeurs parce que je me fais passer pour le Joe ou le Jane moyen. Où dois-je commencer?

Jean-Pierre: Ouais. Donc, la première chose, il y a eu des recherches approfondies sur les modèles posturaux et les choses que nous considérerions généralement historiquement comme des modèles posturaux problématiques étant la principale cause de douleur. Et c’est vraiment flou et flou de suggérer que dire une posture de la tête vers l’avant ou peut-être dire une bosse scapulaire ou une bosse de douaire ou une hyper cyphose ou un genou de valgus ou tout cela est une association directe à cela comme causant la douleur. Je pense que la douleur est un sujet si vaste et complexe, et qu’il est très, peut être très subjectif. Et il existe un agrégat de variables objectives. Et ils peuvent tous s’empiler pour finalement créer l’expérience intérieure de la personne pour être en quelque sorte une alarme qui se déclenche. Et donc j’y penserais à partir de l’objectif si nous travaillions ensemble par exemple, ou si vous lisez le livre de la méthode Align ou tout cela. J’y arriverais à partir de l’objectif de quel est votre seau de stress, ce qui n’est pas un terme que j’ai trouvé, mais en regardant comment va votre sommeil?

Jean-Pierre: Comment est votre nutrition? Comment est votre gestion générale de votre esprit tout au long de la journée? Êtes-vous envahi par la même pensée répétitive qui ressemble essentiellement à une version de doomsday qui vous est particulière? Et puis, y compris dans ces schémas posturaux, et comment bougez-vous? Et comment tu ne bouges pas ? Et donc, je pense qu’un grand coupable dans la conversation sur le mouvement est comme si le sédentarisme vous tuait. Ce sont les nouvelles cigarettes, c’est comme toutes les mauvaises choses du monde. Mais si vous regardez cela est un peu différent de votre question, nous reviendrons sur votre expérience de la douleur et sur la façon dont nous pouvons y remédier. Mais un coupable commun serait que ce mode de vie sédentaire, et quand vous regardez des cultures comme en Tanzanie par exemple, les Hadzas, il y a eu des recherches de l’Université de Californie du Sud.

Jean-Pierre: Où les chercheurs sont allés là-bas et ont observé la quantité de mouvement et la qualité du mouvement, la manière de bouger de ces personnes tout au long de la journée. Et ce qu’ils ont trouvé avec le peuple des tribus Hadza, c’est qu’ils étaient dans des positions de repos que nous avons souvent diabolisées comme étant comme la fin du monde pour nous. Ils sont dans ces positions de repos sur des délais similaires à ceux des cultures industrialisées. Donc, la moyenne était de 9,82 heures par jour, c’est comme neuf à 10 heures par jour, ce qui est assez similaire à la plupart des gens comme vous et moi. La différence réside dans la manière dont ils se trouvent dans ces positions de repos. Donc, ils passent du temps à genoux, ils passent du temps accroupis, ils passent du temps les jambes croisées, peut-être dans une position à cheval, ils bougent essentiellement. Comme si vous avez déjà côtoyé un enfant, avez-vous des enfants?

Jean-Luc Godard: Je n’ai pas d’enfants, je suis l’oncle de beaucoup. Mais j’adore ce concept en mouvement, en regardant comment les enfants bougent, j’en suis bien conscient et je trouve ça fascinant.

Jean-Pierre: Oui, les enfants sont des enseignants, ils n’ont pas été gênés par le concept de qui ils pensent qu’ils sont, qui ils pensent qu’ils sont censés être. Ils n’ont pas été institutionnalisés pour exécuter la volonté de quelqu’un d’autre en fin de compte. Je ne comprends pas, je ne veux pas devenir excessif comme un chapeau en papier d’aluminium. Direction, je veux dire, nous pouvons, mais le concept de s’asseoir et de se pencher sur une chaise en portant des chaussures à talons surélevés, puis de se rapprocher, l’amplitude de mouvement potentielle pour vos muscles visuels qui est également associée à ce seau de stress. Et en portant généralement un sac à dos sur un côté en essayant d’être cool, peut-être en vous penchant un peu pour cela, vous affaissez votre pantalon. Comme s’il y avait toutes ces constructions culturelles qui influencent et imprègnent la façon dont une personne se déplace dès son plus jeune âge. Maintenant, nous imposons un peu de honte là-dedans, peut-être beaucoup de honte là-dedans, d’où que cela vienne, peut-être que c’est quelque chose de puritain, qui se soucie d’où cela vient? C’est très courant.

Jean-Pierre: Et alors maintenant, nous sommes peut-être gênés de nous montrer vraiment et de nous sentir pleins, expressifs, confiants, droits, grands, comme prendre de la place. Donc, cela entre dans une conversation très courante, peut-être surtout comme une grande, si comme une fille est grande, qui rétrécit littéralement souvent parce qu’elle ne veut pas prendre trop de place. Et donc, c’est une chose tellement intéressante qui transmet en quelque sorte l’idée que votre mouvement est bien plus que la quantité de kettlebells que vous soulevez ou les haltères ou le type de tractions que vous faites. Littéralement chaque pensée que vous faites tout au long de la journée, elle a une traduction structurelle physiologique. Donc, si vous avez peur, si vous êtes vraiment fier, si vous êtes vraiment triste, toutes ces émotions ont des expressions et des traductions physiologiques posturales directes.

Jean-Pierre: Donc, je sais que je n’ai rien répondu là-bas, mais juste une sorte de tableau un peu semblable à cette douleur et c’est comme si nous venions d’un état d’esprit mécaniste en général. Donc, bien sûr, nous pensons à ce qui ne va pas dans ma voiture, ce doit être le carburateur. Changeons quelques écrous et rondelles et boum, c’est terminé. Ce n’est pas que vous êtes un système complexe par opposition à un système compliqué. Système compliqué vous changez les écrous et les rondelles faites. Système complexe c’est comme, oh, mon garçon, il se nourrit de variables, c’est un peu le contraire de cette façon. Et donc, c’est plus un orchestre. Donc c’est comme, d’accord, faisons en sorte que tous les musiciens se réunissent, discutons et commençons à créer une relation.

Jean-Luc Godard: Oui, ça me fascine. Et je pense qu’on pourrait, je vais prendre une liberté ici et un canapé qui est, abordons cela de manière holistique. Ce n’est pas seulement que vous travaillez sur un ordinateur, ou ce n’est pas seulement que vous êtes photographe, ou ce n’est pas, il y a une approche holistique de votre travail. Et je crois de la même manière, je suis aussi une personne d’état d’esprit énorme. Et un ami Tony Robbins, par exemple, parle de quelques-uns, il est un peu comme vous devez le faire, votre physiologie, vous pouvez changer votre mentalité en changeant votre physiologie. Qu’est-ce qu’une personne confiante, fière, excitée et heureuse, ont-elles l’air penchées et courbées et sont-elles petites et faibles? Pas normalement. Et si tu te tiens droit, que tu remets tes épaules en arrière et que tu t’ouvres, je pense qu’il y a une science du sourire, non? Si vous souriez, alors les muscles réels du sourire entraîneront des entrées positives dans votre psychologie, et cetera.

Jean-Luc Godard: Donc, si on peut dire, d’accord, M. Alexander, vous avez une approche holistique à cela. Je veux revenir à ma question qui est cool. Par où dois-je commencer, nous pouvons jeter des pierres sur mon héritage, mes blessures au football ou mes malheurs professionnels. Et je veux qualifier cela, ma douleur est une douleur avec un petit p, comme je suis juste, j’ai toujours été une personne très en forme, très active, comme une personne douloureusement active. Et donc, cette nouvelle comme la douleur est, ça me dérange un peu dans le fond de ma tête. Il y a donc une partie de cette psychologie au travail. Mais sachant que vous allez essayer de penser à notre corps comme un mécanisme holistique et dynamique. Je veux toujours savoir par où commencer.

Jean-Pierre: Ouais. Alors, où éprouvez-vous de la douleur en particulier? Non pas que ce soit tout à fait pertinent pour cela, où vous avez la douleur exactement comme où nous devons nous adresser, mais où ressentez-vous de la douleur?

Jean-Luc Godard: Base du crâne du haut de la colonne vertébrale jusqu’au milieu du dos.

Jean-Pierre: Ça fait combien de temps que ça se passe ? Y a-t-il quelque chose qui l’exacerbe particulièrement? Y a-t-il une heure de la journée, y a-t-il une activité?

Jean-Luc Godard: Habituellement, l’après-midi, je le sens plus, je me retrouve assis dans de très mauvaises conditions, j’essaie de bouger, surtout lorsque nous avons commencé à travailler à la maison pendant la pandémie. J’ai commencé à déplacer mon espace de travail parce que je me sentais réactivée de la façon dont je passais de la table de cuisine au canapé en passant par mon bureau debout pour me déplacer un peu. Et cela a été remarqué, d’autres personnes l’ont noté, je vous ai donné l’exemple de ma posture, juste quelqu’un pensait que j’avais 5’9 ou quelque chose l’autre jour. Et j’étais je suis essentiellement 6 pieds depuis que j’avais probablement 17 ans. Et je ne me trouve pas debout. Donc, la combinaison de toutes ces choses, c’est comme, d’accord, l’après-midi, surtout récemment. Et encore une fois, je viens d’éclipser un âge de naissance particulier ou un âge particulier qui me fait reconsidérer comme, attendez une minute. Je veux défier cet âge et l’âge est un nombre que je veux être en bonne santé. Il y a donc un tas de réflexions qui se passent aussi. Comme, comment redémarrer, recharger et réaligner?

Jean-Pierre: Ouais. Honnêtement, je chercherais un praticien. Je pense que voir un très bon physiothérapeute ou un thérapeute manuel, ou cela peut être un rôle pour ou peut-être quelqu’un qui est efficace avec l’aiguilletage à sec et qui comprend vraiment la kinésiologie, et où les bits devraient être. Et je serais en mesure de vous examiner et de vous faire passer un diagnostic complet et de dire, d’accord, lorsque vous levez les bras au-dessus de votre tête, voici ce que font vos omoplates. Lorsque vous marchez, voici votre schéma de démarche. Comme si je pouvais m’asseoir et passer du temps et voir ce qui se passe. Être capable de s’ajuster, puis de vérifier pour voir si cela fait une différence. Ok, oui, non? D’accord. Si oui, d’accord, continuons dans cette direction. Donc, le chemin de résolution de problèmes consistant à travailler avec la douleur à travers la lentille mécaniste, je pense qu’avoir un praticien à vos côtés est inestimable.

Jean-Pierre: Cela étant dit, il y a des choses dont nous pouvons parler dans la conversation, comme des exercices de fusil de chasse ou des approches de soins personnels que tout le monde peut intégrer dans sa vie. Quelque chose qui serait un soutien, serait donc des modèles posturaux généralement la plupart des recherches suggéreraient que les modèles posturaux ne le sont pas, ils ne sont pas un lien un à un avec les épaules, cela signifie que vous allez souffrir. Si vous regardiez les IRM ou les radiographies des épines, des genoux ou des épaules de beaucoup de gens, vous constateriez que certaines personnes ressemblent à un désordre complet, comme s’il n’y avait aucun moyen que ce genou fonctionne correctement et qu’elles vont complètement bien. Même chose avec ces épaules intimes. Et puis l’inverse peut se produire avec quelqu’un qui souffre beaucoup.

Jean-Pierre: On dirait que les graphiques sont plutôt bons. Mais ce qui est toujours utile, c’est le mouvement, donc si vous vous déplacez dans toutes les gammes de mouvements, il agit comme un très beau fusil de chasse pour simplement restaurer vos tissus à une base de santé. Et c’est dire à votre système nerveux que vous avez quelque chose à découvrir. Je pense que l’une des choses les plus difficiles pour l’organisme humain est d’externaliser la nécessité pour nous de nous présenter. C’est une chose tellement incroyable que nous en sommes arrivés à un point où nous pouvons littéralement nous allonger, certains d’entre nous pourraient s’allonger sur un canapé et échanger des crypto-monnaies et simplement avoir votre téléphone à écran bleu devant votre visage, ce qui est intrinsèquement stressant d’être dans cette position en fait, et nous pouvons parler des raisons pour lesquelles. Et faites livrer de la nourriture sur votre visage, faites livrer tout ce dont vous avez besoin directement sur votre visage. Si vous payez assez, ils vous nourriront même.

Jean-Pierre: Et c’est comme si je suis tellement impressionné et amoureux de cette culture humaine heureuse, comme un bon effort, pour que nous en soyons arrivés là. Mais nous devons bouger pour que nos cellules et notre système nerveux fonctionnent de manière optimale. Donc, quelque chose que je suggérerais comme une référence, faire bouger les choses. Et ajoutez simplement cela à votre vie professionnelle, ce serait obtenir une barre de traction dans votre porte que vous traversez couramment. T’en as un maintenant ?

Jean-Luc Godard: C’est à sept pieds de l’endroit où je me trouve en ce moment.

Jean-Pierre: À quelle fréquence l’utilisez-vous? Et qu’en faites-vous ? Faites-vous généralement comme un pull-ups typique?

Jean-Luc Godard: Oui, je viens de sortir d’un cycle à l’automne, au printemps, désolé, en été. Je ne l’ai pas poursuivi à l’automne avec une quelconque détermination. Mais j’ai fait 50 pompes, 50 tractions, 50 redressements assis tous les jours. Et donc, le concept de 50 tractions par jour, les gens sont comme oh, c’est beaucoup, ou 50 tractions ou tractions ne suffisent pas. Donc, quel que soit le volume, le simple fait de faire ces exercices tous les jours a eu un effet très transformateur sur ma psychologie, mon corps et la chose suspendue était nouvelle. J’ai donc une barre de traction qui pouvait se déplacer dans la maison. Et c’était d’une aide folle. Je dirais que je n’avais aucune douleur. Et encore une fois, vous parlez de quelqu’un qui, j’ai été photographe de sports d’action en plein air pendant 20 ans. J’ai joué au football de développement olympique, tellement hyper, comme hyperactif toute ma vie. Et pourtant, je peux encore me retrouver à glisser dans des périodes d’inactivité.

Jean-Luc Godard: Et je pense aux personnes qui s’identifieraient comme moins actives qu’elles ne le désirent. Comme à quel point il était facile pour moi de travailler ces aspects dans ma journée, par exemple, la barre de traction que je pointe vers laquelle se trouve maintenant à sept pieds de ma tête.

Jean-Pierre: Droit. Oui, donc il y a un livre intéressant en dehors de celui que j’ai fait. J’ai un chapitre dans le livre sur le pouvoir de la pendaison. Mais il y a un livre que j’ai basé sur une partie raisonnable de ce chapitre autour était un livre d’un gars appelé le Dr John Kirsch qui a écrit un livre intitulé Douleur à l’épaule? Et c’était un chirurgien orthopédiste qui a découvert que, affirme-t-il dans le livre, 99% des patients qu’il traiterait avec une intervention chirurgicale pour une variété de syndrome d’impact de l’épaule étaient guéris, étaient entièrement soulagés de leur douleur juste en passant une base. Oh, voilà. Quelle a été l’opération que vous avez subie?

Jean-Luc Godard: C’était une procédure de Bankart, une reconstruction complète du labrum glénoïde, des ancres de suture, c’était une luxation chronique du début du football et des blessures de football plus tard enroulées autour du collège, une sorte de jeune pro – début du collège, université.

Jean-Pierre: Ouais. Donc, le corps humain juste si nous sommes dans un sens plus naturel est également un mot très relatif. Vous obtenez comme l’erreur naturaliste de penser que tout ce dont vous avez besoin pour être naturel est comme meilleur et c’est comme ce qui est naturellement en premier lieu? Mais si vous êtes dans une réalité où vous avez peut-être été ému par le soleil, vous êtes réglé sur un rythme circadien, vous vous êtes levé au soleil et après cela, c’était comme une lumière rouge et des feux. Vous aviez des contours de sol très précis auxquels vos chevilles et vos pieds étaient exposés et auxquels inévitablement cela se répercuterait dans le reste de votre système nerveux, votre corps. Vous atteignez les sommets avec un certain niveau de régularité, vous vous accroupissez de haut en bas avec un certain niveau de régularité, vous vous agenouillez, vous marchez peut-être un peu plus. Le plus important, c’est que vous êtes simplement exposé à la nature. Comme si la nature guérissait.

Jean-Pierre: C’est presque, nous prenons beaucoup de ces solutions simples pour nous sentir presque banales ou trop simplistes. Si quelque chose est trop compliqué, c’est probablement un peu stupide. Comme nous nous organisons très bien si vous nous placez dans le bon environnement. Au lieu de cela, mon approche de travail avec les clients, avec le livre ou le podcast ou tout cela, est vraiment un peu comme, connaissez-vous Bruce Lipton? Avez-vous déjà fait quelque chose avec lui ou?

Jean-Luc Godard: Aucun.

Jean-Pierre: Biologie de la croyance, il est fantastique. Il était l’un des principaux, il a été le fer de lance du concept d’épigénétique, et il existe depuis toujours. Et il est probablement à la fin des années 60 ou 70 maintenant. Et donc, le concept d’épigénétique selon lequel nous n’avons pas seulement cette disposition génétique et quels que soient vos parents, tout ce qu’ils vous ont accordé comme ça, ce sont vos cartes. C’est votre changement génétique basé sur les conditions environnementales. Et l’une des choses qu’il m’a suggérées dans une conversation que j’ai enregistrée avec lui était en travaillant avec des cellules dans une boîte de pétri, si vous voulez changer la cellule, quelle que soit la constitution, quel que soit l’aspect de la cellule, vous changez la culture dans la boîte dans laquelle la cellule réside. Et donc, cette barre de traction est un bel exemple. Et vous avez eu cette expérience de genre, je sais que nous avons encore les prochaines étapes que nous pouvons continuer à suivre ici avec différentes solutions.

Jean-Pierre: Mais c’est une condition environnementale que vous venez de faire un léger ajout dans votre monde que tout à coup vous êtes attiré, vous êtes ému par la barre de traction qui est là. L’autre chose que je recommanderais de regarder ce qui se passe dans votre cou en dehors du simple fait d’être exclusivement une chose du cou et de la regarder plus globalement comme une chose du corps entier serait ce qui se passe la fonction de l’amplitude des mouvements dans vos chevilles? Que se passe-t-il, l’amplitude de vos mouvements dans vos hanches? Et alors, comment allez-vous, à quoi ressemble votre amplitude de mouvement lorsque vous vous accroupissez? Pouvez-vous faire un squat profond? Est-ce confortable pour vous?

Jean-Luc Godard: Oui, je considérerais très profond, je peux faire des pistolets à une jambe avec chaque jambe. Je peux m’asseoir confortablement au fond d’un squat avec mes talons au sol pendant plus de 10 minutes. C’est tout le Dr Kelly [inaudible 00:27:38] un de nos amis communs. Comme tout ce que je suis assez bon. Chevilles, notoirement horribles. J’en ai un qui va m’enfermer, cassé plusieurs fois, ligaments déchirés. Potentiellement, certainement plus de 20 fois peut-être jusqu’à 50 fois. Comme si j’avais mes chevilles scotchées tous les jours pendant six ans, fin du lycée, début de l’université. Donc, horrible cheville d’un côté qui l’a fait… Et encore une fois, pour les gens qui écoutent le spectacle en ce moment, il ne s’agit pas des blessures de Chase Jarvis et de ce que j’espère que vous pourrez vous mettre quelle que soit votre petite micro malité, nous y pensons à travers l’objectif que le mouvement et l’alignement d’Aaron projettent comme vecteur de santé.

Jean-Pierre: Oui, ce sont tous des schémas très communs. Je veux dire, ce sont comme des modèles de modernité, un manque de dorsiflexion de la cheville qui est juste une personne moderne assise sur une chaise pour une bonne partie de sa vie. Tout enfant de moins de cinq ans n’a aucun problème avec l’une de ces positions. Donc littéralement, au stade fœtal, alors que vous êtes comme sur le bord de la sortie, au troisième trimestre en sortant de votre mère, vous commencez à développer ces petites articulations à facettes sur le bord des tibias pour pouvoir réellement avoir cette voie de glissement pour pouvoir passer par un squat profond complet. Donc, votre physiologie, comme votre physiologie innée est comme cool, est-ce que l’enfant est prêt à s’accroupir? Oui, prêt à s’accroupir, d’accord, sortez-le, vous êtes prêt à partir. Et puis nous abandonnons cela, et la position accroupie non pas que je vais en faire une conversation entière autour de la défense du squat.

Jean-Pierre: Mais c’est littéralement juste un autre exemple de la façon dont nous allons si directement à l’encontre de notre disposition inhérente et native, de nos schémas physiologiques inhérents. Beaucoup de culture moderne a abandonné dans ces mouvements et a même donné l’impression, je ne sais pas, d’être stupide ou loufoque, ou comme, oh, vous êtes comme un hippie, ou vous êtes comme une personne de yoga. Si vous êtes comme dans une position de repos humaine naturelle, vous êtes juste accroupi pendant que vous attendez un bus ou quelque chose comme ça. Les gens sont comme, oh, wow, qu’est-ce qu’il y a avec ce gars? Donc, pour être étrange ou pour être bizarre dans une culture qui est, il semble que statistiquement chaque année, nous devenions de plus en plus dépendants aux opiacés de divers degrés, qu’il s’agisse de produits pharmaceutiques ou de médicaments antipsychotiques ou de médicaments anti-anxiété ou d’automutilation. Les gens aiment vouloir se blesser.

Jean-Pierre: C’est comme si vous viviez dans une culture où, statistiquement, il semble que ces tendances vont continuellement dans cette direction. Pour être d’accord avec le fait d’être différent et d’être bizarre. Je pense que c’est un grand pas. Et une personne accroupie par exemple, comme c’est la façon dont l’organisme humain se déforme, quand vous traversez si vous ne pouvez pas vous accroupir profondément, comme ce qui est plus fondamental pour votre santé de pouvoir prendre une décharge. Donc, lorsque vous allez dans une position accroupie profonde, cela allonge littéralement votre rectum. Il réduit appelé l’angle anorectal, le muscle puborectal qui s’enroule autour duquel il se détend, permet à votre goulotte de caca d’avoir suffisamment d’espace et de longueur pour que vous ayez réellement une caca appropriée. Donc, nous venons de retirer ça de la table, c’est comme, oh, non, c’est des trucs brutaux et tribalistes juste accroupis pour prendre un caca. C’est fou.

Jean-Luc Godard: Vous allez en Afrique, les toilettes sont des trous dans le sol. Tu sais, ils sont-

Jean-Pierre: Ouais, comme s’ils étaient des animaux, des animaux. Ouais.

Jean-Luc Godard: Et nous voilà, c’est le plus sain. Ouais, qu’ils développent maintenant des outils pour élever le sol de la salle de bain appelés squattes de pot et des choses comme ça que nous introduisons dans la culture occidentale pour essayer d’imiter ces mouvements. Ouais.

Jean-Pierre: Ouais. Ce n’est donc pas moi qui m’attaque à la culture moderne ou qui romance quelque chose comme plus vieux que maintenant. C’est juste suggérer de bien dire, beaucoup de ces choses que nous avons faites pendant des millénaires et dont nous nous sommes en quelque sorte privés intentionnellement ou involontairement, elles sont vraiment faciles à réintégrer dans votre vie, et elles agissent comme des systèmes de déstressage. Et donc, lorsque vous allez dans une position accroupie profonde, naturellement, vous prenez vos chevilles à travers une amplitude de mouvement plus profonde, vous ouvrez les muscles autour de votre plancher pelvien, vous allongez et décompressez le bas du dos, vous prenez votre colonne vertébrale à travers cette flexion spinale complète. Et puis vous revenez dans plus d’extension. C’est donc comme un petit mini massage pour tout votre corps. Quelque chose que je vous suggérerais de revenir à la question initiale de genre, d’accord, c’est génial, mon cou me fait mal. Je commencerais à regarder quels sont vos schémas respiratoires? Comment respirez-vous?

Jean-Pierre: Donc, chaque fois que vous respirez, ce souffle est une expansion et une contraction. C’est-à-dire que si vous payez un massothérapeute pour travailler sur vos tissus, ils vont probablement faire une variété d’expansion ou de contraction, comprimant certains tissus, puis cela conduira à une réponse d’expansion. Maintenant, un nouveau fluide revient dans cet espace. Chaque fois que vous respirez, c’est ce que vous faites. Donc, je vous demanderais de vous allonger le dos, c’est juste quelque chose qui pourrait être agréable à faire, je remettrais un petit oreiller derrière votre espace de côtes sous-occipital juste pour lever votre cou. Ou vous pouvez peut-être remettre une petite balle là-bas ou quelque chose comme ça si vous voulez être un peu plus agressif. Donc, vous allongez cet espace, vous pourriez avoir une tension chronique, en particulier dans cette région de la colonne cervicale.

Jean-Pierre: Et puis aussi la chute qui pourrait être dans le bas du dos. C’est vraiment commun avec beaucoup de gens. Et puis mettez vos pieds sur cela s’appelle une position de repos active. Nous avons cela dans le livre dans 10 autres exercices pour les gens. Mais mettez vos pieds sur le bord d’un canapé ou si vous avez envie, si vous avez envie, vous avez comme une balançoire de yoga chez vous quelque part. Je pense que ce serait génial pour toi d’avoir quelque chose-

Jean-Luc Godard: Fantaisie. C’est vraiment chic. Je ne l’ai pas.

Jean-Pierre: Ouais, peu importe. Ouais, si tu es fou, je pense qu’il faut un swing de yoga. Je pense que c’est une chose vraiment cool d’avoir. Vous faites référence à Tim Ferriss, c’est un fan d’acro yoga et de choses du genre.

Jean-Luc Godard: Oh, oui.

Jean-Pierre: Et donc avoir quelque chose comme ça dans votre vie une fois de plus, c’est juste ajouter un signal visuel. Alors que maintenant, tout à coup, oh, je suis obligé d’entrer dans le swing de yoga dont j’ai entendu parler sur ce podcast fou, et je me retourne à l’envers, et je décompresse toute ma colonne vertébrale. J’ouvre mes hanches, j’ouvre mes adducteurs je le fais, c’est juste ce mouvement thérapeutique naturel que ce n’est pas une chose que je conduis et que je me recroqueville dans une voiture pendant 30 minutes pour arriver au bureau de quelqu’un. Cela est mis en œuvre une à cinq fois par jour parce que je viens de passer devant. Que des fois par mois, des fois par an, des fois par décennie, ça s’additionne.

Jean-Luc Godard: Ouais.

Jean-Pierre: Et donc en vous allongeant dans le dos, levez un peu la tête. Donc, vous n’êtes pas dans ce genre de position de cou cervical croqué. Levez les pieds pour que votre sacrum soit un peu comme si sa traction était le terme. Comme si c’était presque comme soulevé du sol, vos hanches sont presque comme sur le bord de la pendaison, comme peut-être à un centimètre du sol ou plus. Détendez-vous dans cette position. Apportez vos mains sur les côtés de vos côtes. Plus précisément sur les côtés, beaucoup de fois dans les cours de yoga, nous entendons parler de la respiration du ventre. Donc, vous avez un tas de gens qui se déforment le ventre en essayant d’être spirituels avec leur souffle. Mais toujours pas réellement engager ce diaphragme pour pouvoir obtenir cette expansion complète des poumons. Alors apportez vos mains sur le côté des côtes. Et prenez quelques respirations nasales. Soulignez vraiment l’expiration. Donc, vous pourriez peut-être faire une version de respiration de boîte, faire un quatre secondes, maintenez pendant quatre secondes.

Jean-Pierre: Je prolongerais l’expiration. Peut-être faire une expiration pendant huit secondes, six secondes, et passer par six tours de cela. Et juste un moment et voyez ce que cela fait à votre système nerveux autonome. Parce que si vous avez de la douleur, en particulier de la douleur chronique, dans votre corps comme ça, il y a probablement une composante de stress à l’intérieur de cela. Et encore une fois, le stress mécanique fait partie de cette conversation, mais ce n’est pas l’absolu. Et donc, dans cette pratique qui consiste à simplement se coucher, à prendre un moment pour observer votre respiration, à commencer à engager ce diaphragme d’une manière différente, à commencer à engager l’intégralité de votre torse et de votre capacité respiratoire et à avoir juste un moment pour décompresser et vérifier votre respiration. Et je pense que vous seriez à mon avis, parce que vous semblez être une personne très sensible, je suppose que vous seriez surpris de l’impact de quelque chose d’aussi simple que cela.

Jean-Pierre: Et si six respirations, si vous êtes prêt à faire six respirations, essayez d’en faire 10. Et commencer à mettre en œuvre cela. Si ça aide, disons, cool, je vais le faire n’importe comment, tous les jours avant un appel, je viens d’introduire ça dans mon truc. C’est donc un début.

Jean-Luc Godard: Oui, je crois. Alors mettons mes problèmes en pause ici et ouvrons le dialogue un peu plus généralement avec vos philosophies. Passons une seconde à la méthode d’alignement qui est votre livre, encore une fois, fortement recommandée. Je n’aurais personne sur le podcast dont je ne recommanderais pas le livre ou le travail, mais La méthode Align, un guide de mouvement moderne pour un corps plus fort, un esprit plus net et une vie résistante au stress. Je pense donc que cela s’applique à tous ceux qui écoutent. Et ce vers quoi j’ai gravité avec votre travail en particulier, c’est que, comme vous venez de le dire, il y a comme tout cela, qu’il s’agisse d’indices environnementaux, juste le concept de mouvement en tant que méthodologie pour protéger et renforcer contre les épreuves de la vie quotidienne. Que ce soit suspendu, que ce soit respirant.

Jean-Luc Godard: Pouvez-vous dire un peu comment le travail que vous préconisez, le travail de votre vie est différent de celui de quelqu’un qui est comme en ce moment, il y a peut-être quelque chose comme, oh je travaille sur ma respiration tous les jours, parce que je pratique la Méditation Transcendantale et je le fais une fois par jour. Ou quelqu’un d’autre dit comme, oh, oui, je vais au studio de yoga trois fois par semaine et je me considère relativement en bonne santé. Comment pourriez-vous orienter les auditeurs sur la façon dont votre univers est différent de ces autres exemples simples que j’ai donnés?

Jean-Pierre: Eh bien, j’ai beaucoup d’appréciation, de respect pour tous ceux qui essaient et s’investissent dans leur travail et font des erreurs, et poussent le ballon vers l’avant. Et donc, je pense que la chose à faire d’un point de vue de marque est de vraiment se démarquer, de s’assurer que tout le monde sait en quoi ce que je fais est différent et que c’est le chemin. Mais je pense que tout ce qui résonne avec une personne comme, nous avons juste besoin de commencer la conversation. Et donc il y a beaucoup de chemins menant au sommet de la montagne. Et une personne peut penser que son chemin est le chemin supérieur parce qu’il a fonctionné pour elle. Mais je pense en fin de compte, que le travail de la respiration soit ce qui vous engage à avoir une relation plus profonde avec votre corps et qui se répand dans votre relation avec les autres et peut-être dans votre entreprise.

Jean-Pierre: Et peut-être que c’est du CrossFit ou peut-être que c’est de la danse ou quoi que ce soit, je pense qu’il y a beaucoup de chemins différents. Mon intention avec la méthode Align et le travail avec les clients et la conversation générale qui m’intéresse vraiment est de réduire simplement ces aspects spécifiques de nous-mêmes. Ainsi, le souffle est l’un des basculements ou des outils avec lesquels les humains ont la possibilité de s’engager pour changer leur état. Une longue expiration vous mettra dans un endroit plus calme, parasympathique, de repos, de détente. Si vous respirez par la bouche comme ça. Donc, vous êtes surpris, cela vous incite à cette réponse sympathique. Et donc, c’est magnifique. Nous avons donc la possibilité ou la possibilité de nous engager dans notre respiration de la manière que nous choisissons, car nous comprenons le manuel d’utilisation de base sur la façon de tirer les bascules.

Jean-Pierre: Donc notre système visuel quand c’est un système très similaire, ce sont tous des systèmes intégrés. Lorsque vous regardez quelque chose de myope de près, vous êtes concentré, non? Cela va inciter votre système nerveux à être dans cette fonction plus exécutive, à faire des choses. Il y a une menace potentielle que nous devons combattre ou fuir ou régler cela. Lorsque vous permettez à vos yeux, votre système visuel d’entrer dans cette vue panoramique. Prenez l’ensemble, l’intégralité de l’image dans la savane ou tout ce que vous regardez, ou tout simplement que vous espacez dans une pièce. Cela envoie un signal à votre système nerveux autonome que d’accord, Chase est glacial, il n’y a clairement aucune raison de stimuler la noradrénaline ou le cortisol ou l’une de ces hormones de stress. Parce que si nous étions dans cet état, Chase serait concentré sur une seule menace.

Jean-Pierre: Donc, reconnaître et comprendre dire, d’accord, quand je m’entraîne au gymnase, je peux tirer parti de ces systèmes sensuels dans mon corps de la même manière que je tiendrais parti de ces principes mécaniques. Donc, le niveau suivant, je veux dire, tout ce qui régule la température, tout cela fait partie de la forme physique et du mouvement. Et puis celui que la plupart des gens sont, la conversation la plus courante serait le divers comme l’ingénierie mécanique évidente, l’articulation de la hanche et la colonne vertébrale neutre et des choses du genre. Donc, ce qui me tient vraiment à cœur et ce qui séparerait l’alignement qui fournirait un guide complet, simple et digeste pour que les gens comprennent comment conduire efficacement leur corps. Parce qu’on a ça avec une voiture. Vous obtenez un permis d’apprenant, vous avez une personne qui conduit à côté de vous, vous vous garez en parallèle, vous lisez des livres pendant un moment, vous prenez des cours à ce sujet. Et cela me fait penser que nous n’avons pas cela dans la plupart des systèmes scolaires modernes, nous n’obtenons jamais vraiment le manuel de l’utilisateur sur la façon de conduire le corps. Alors, c’est tout.

Jean-Luc Godard: J’adore ça. Et si je suis ouvert au livre en ce moment et au début, vous parlez des différents archétypes archétypaux et posturaux. Et avec comme le mopey, je considérerais ce que je pense de moi comme une mauvaise posture. Mais il y a anxieux qui est la tête en bas, il y a swole, qui est comme tout gonflé comme un type de bodybuilder. Il y a du Bandy où vous voyez des gens qui sont un peu comme noodley et alignés, ce que l’on pourrait imaginer car je pense qu’il suffit de s’aligner, que votre colonne vertébrale est alignée, que vos épaules sont en arrière, que vous êtes des hanches, des genoux, que les épaules se soutiennent adéquatement, et cetera. Et c’est dramatique quand on pense à la façon dont la plupart des corps peuvent basculer dans ces différents archétypes. Et en partie, votre méthodologie vise à avoir des repères visuels dans votre univers, cette idée du mouvement comme mode de vie, car il y a une citation dans le deuxième chapitre, la citation de George Bernard Shaw, « Nous n’arrêtons pas de jouer, parce que nous vieillissons, nous vieillissons parce que nous arrêtons de jouer. »

Jean-Luc Godard: Si nous pensons simplement aux archétypes, aux indices de votre système. Décrivez-nous à quoi, si vous pouviez cartographier la vie de quelqu’un à quoi pourrait ressembler la journée? Parce que c’est un bon moyen, je pense, de donner vie à votre philosophie. Que pensez-vous si quelqu’un est traité par vous, c’est un patient, quel est un exemple de, expliquez-nous comment vous entraîneriez sa vie et vous pouvez prendre une personne réelle ou fictive. Je veux juste aider ces auditeurs à comprendre, je suppose, votre objectif général et ce qui est possible?

Jean-Pierre: Ouais, je veux dire, je pense encore une fois, chercher des choses qui distinguent cette approche d’un modèle plus courant serait d’abord penser, comment voulez-vous vous sentir? Donc, la façon dont je veux ressentir pourrait être différente. Je veux dire, c’est probablement différent de ce que vous voulez ressentir par rapport à quelqu’un d’autre. Donc, je pense commencer et définir vraiment où est-ce que je veux aller? Et je pense que nous sommes prompts à appliquer des jugements moralistes comme, oh, ce régime est mauvais ou ce régime est bon ou ce régime de remise en forme est bon ou mauvais. Et pour que quelque chose soit bon ou mauvais, vous devez d’abord définir le résultat escompté, et cela nous éloigne-t-il ou nous rapproche-t-il du résultat escompté? Ce qui est finalement subjectif. Si-

Jean-Luc Godard: C’est avoir une vitalité, une énergie, une leçon de vie, une connexion à leur environnement, la capacité de s’exprimer.

Jean-Pierre: Oui, c’est sûr. Eh bien, donc si c’était ce type de personne qui est comme l’expression et tel, la grande chose que je dirais est de commencer à incorporer des activités basées sur la coordination et à l’extérieur autant que vous le pouvez confortablement. Et en vous permettant, lorsque vous êtes juste à l’extérieur dans la nature, nous résolvons 1000 problèmes par minute alors que vous roulez à vélo sur un chemin, vous exécutez toutes ces équations, vous savez déterminer quand cette personne va être à cet endroit quand elle est… Comme, les algorithmes disent juste [inaudible 00:46:47]. Donc, vous ne faites que parcourir ces systèmes et c’est comme si c’était vraiment ce qui engageait le corps. Et tant de grands penseurs sont historiquement venus d’un endroit comme oh, j’ai mes meilleures idées quand je suis dans la baignoire, quand je navigue ou quand je me promène. Et c’est littéralement, ça anime nos esprits, ça anime notre lentille d’humanité, pas seulement nos cellules et notre système neuromusculaire, notre système musculo-squelettique.

Jean-Pierre: Mais la façon dont nous pensons et informe la façon dont nous pensons. Donc, commencer serait d’avoir un horaire de sommeil régulier est une grande chose. Ainsi, la plupart des recherches suggèrent qu’idéalement, vous vous levez et vous regardez le lever du soleil et vous exposez vos yeux au soleil et obtenez cette lumière infrarouge à ces premières heures. Ça va être vraiment favorable. Mais le plus important, c’est que vous êtes, je veux dire, c’est incroyable si vous faites cela, mais peut-être que certaines personnes ne peuvent pas le faire à cause du travail ou quoi que ce soit.

Jean-Luc Godard: Ou vous vivez à Seattle.

Jean-Pierre: Oui, exactement. Oui, donc dans ce cas, vous pourriez obtenir des lumières pour reproduire cela, et les introduire dans votre maison. Alors Andrew Huberman, il a aidé avec le chapitre vision du livre, j’en suis très reconnaissant. Et l’une des choses qu’il fait est qu’il incorpore un certain type de lumière parce qu’il se réveille devant le soleil. Et donc son lever de soleil est essentiellement cette lumière à laquelle il expose ses yeux. Mais avoir la cohérence des habitudes de sommeil va être une chose énorme. Et donc, en abaissant vos rythmes circadiens pour que chaque jour, il y ait un certain niveau de fiabilité dans votre vie. Donc, au niveau hormonal, ils prospèrent vraiment sur la fiabilité, donc c’est un peu comme une relation. Comme si vous aviez une relation avec vous-même. Donc, le point de départ que je dirais est d’arriver à cet endroit de traitement dans le livre où je fais référence à un de mes amis appelé Colin Wilson, il a pris sa retraite maintenant, mais il a joué au hockey sur glace pour l’Avalanche du Colorado.

Jean-Pierre: Et une des choses qu’il m’a dites alors que nous faisions juste une séance de sauna, où la déclaration passivement comme jetable était que le sommeil est une arme. Et c’était comme, je suis comme, c’est tout. Donc vraiment en regardant le sommeil, alors que vous portez votre pyjama, c’est comme ça doux [inaudible 00:49:09], vous allumez des bougies. Comme, non, pas de sommeil est une arme, donc tirer parti de cela et être vraiment intentionnel à ce sujet, je pense, sera primordial. Et puis à partir de là, la nature est une arme, donc passer du temps à l’extérieur pour obtenir suffisamment de vitamine D par exemple ou permettre à votre corps de pouvoir créer suffisamment de vitamine D. Et reconnaître et reconnaître que vos muscles, recadrer le concept de muscles comme étant simplement ces systèmes de poulie, mais les considérer comme des glandes endocrines. Et pendant que vous pompez, poussez, tirez, prolongez et contractez, vous engagez votre physiologie pour produire la neurochimie qui vous fait vous sentir bien.

Jean-Pierre: Donc, peu importe ce qui se passe pour vous, si vous aimez courir, la course peut être difficile d’un point de vue hormonal. La course de longue distance peut être un peu difficile. Donc, je dirais peut-être que s’il y avait des problèmes, je dirais que regarder peut-être comme l’entraînement au sprint ou comme l’entraînement par intervalles sera une très bonne approche. Mais tout ce qui vous fait vous sentir vivant, assurez-vous que ce soit un objectif principal dans votre vie. Alors peu importe, si c’est du patin à roues alignées, si c’est de la danse, si c’est Tae Bo. Comme, peu importe ce qui t’éclaire parce que ce qui m’éclaire sera absolument différent de quelqu’un d’autre. Et je dirais ouvre ta vie, ouvre ton emploi du temps pour trouver ça. Parce que pour en revenir à la citation de George Bernard Shaw, c’est quand tu arrêtes de jouer que ton corps commence à s’effondrer.

Jean-Pierre: Parce que si on ne joue pas ici, qu’est-ce qu’on fait ici ? Et commencez à mettre en œuvre cette idée de ce concept de jeu que vous obtenez dans votre pratique du mouvement tout au long de la journée et à mettre en œuvre ce jeu dans vos relations. Donc, lorsque vous parlez avec quelqu’un, dites: Je suis au gymnase, que vous soyez dans un bureau ou que vous fassiez un podcast avec quelqu’un, idéalement, cette conversation entre vous et moi, c’est comme ce genre de danse ou cette forme de jeu. Et si à la fin de cela, nous avions tous les deux cette expérience mutuelle du jeu. C’était une bonne conversation. Si c’est quelque chose comme, oh, nous sommes un peu comme, je vends un livre ici ou vous vendez des commandites sur votre podcast, nous allons juste rectifier ça. Personne n’en a rien à foutre. Comme si personne ne voulait entendre ça.

Jean-Luc Godard: Tu peux le dire aussi, tu peux le dire.

Jean-Pierre: Et donc nous sommes tellement amoureux du jeu et il y a un gars, quel est son nom, Jack [inaudible 00:52:00], qui est comme l’un des principaux chercheurs dans le domaine du jeu est connu pour chatouiller les rats. Si vous avez déjà entendu des rats chatouiller? C’est un peu effrayant. Il a donc défini tout un réseau distinct dans le cerveau qui est engagé à jouer, c’est comme si cela faisait partie de notre humanité. Et certaines des recherches qu’il a faites avec des rats en particulier ont révélé que si les petits rats luttent avec des rats plus gros, les plus gros rats permettront aux plus petits rats de gagner environ 30% du temps. Et la raison en est que, ils veulent jouer à ce jeu infini. Et donc, je pense que l’intégration de ce concept et la fusion de ce concept dans la façon dont vous vivez votre vie, cela va rapporter des dividendes et cela va vous garder jeune profondément dans votre vie.

Jean-Pierre: Et je pense que nous sommes continuellement parce que nous venons d’un état d’esprit plus mécaniste peut-être depuis, je ne sais pas, la physique newtonienne ou quelque chose comme ça. Il y a eu une transition où nous sommes généralement dans cet état d’esprit mécaniste réductionniste. Alors nous disons, ok, fais ceci, fais ceci, fais ceci, fais ceci. Mais je pense que si nous pouvons insuffler cette philosophie globale de suivre votre bonheur comme Joseph Campbell et permettre que cela corresponde à votre scénario spécifique. Je trouve ça énorme. Et je pense que c’est à ce moment-là que nous entrons dans le paradoxe français, ils mangent des baguettes, ils fument des cigarettes, ils boivent du vin toute la journée, pourquoi sont-ils tellement plus sains que nous? Je suis Orthorexique. Je devrais être incroyable. Il y a quelque chose d’autre. Donc je pense que-

Jean-Luc Godard: Non, je suis un grand fan de ce que vous dites en ce moment, en particulier, cette idée que le jeu est quelque chose que nous pouvons nous récompenser si nous faisons assez de travail pour obtenir un résultat. L’ironie est que c’est en fait l’inverse, non? Si vous jouez alors vous allez travailler plus intelligemment, mieux travailler, vous allez être je pense tous les avantages physiologiques et émotionnels dont vous avez parlé avec le joueur dont nous pouvons utiliser les français comme exemple. Et c’est en fait la chose qui donne les résultats plutôt que l’inverse du fait que le studio de création crée parfois une culture de joie, de connexion et d’appartenance parce que vous êtes dans ce processus de jeu, les gens regardent le travail que les concepteurs font comme ils ne font que gaffer.

Jean-Luc Godard: Je suis là. Je fais partie de l’équipe de croissance et je suis ici pour analyser les données et essayer de trouver le 1% qui fait X ou Y. Regardez ces gens là-bas dans le studio de design. Ils ont un jeu de fléchettes et ils lancent des fléchettes sur la campagne qu’ils aiment le plus sur le tableau d’affichage. Mais c’est vraiment l’ironie, c’est qu’il y a ce concept de connexion ou pour revenir à la citation de Shaw, ce n’est pas vraiment qu’on arrête de jouer quand on vieillit, c’est qu’on vieillit quand on arrête de jouer.

Jean-Pierre: Oui, et c’est reconnaître que les histoires que nous nous racontons et qu’il y avait une poignée d’histoires dont je vous ai entendu parler par rapport à votre propre corps en disant que vous êtes, comment avez-vous appelé votre cheville? Tu as dit que c’est comme si c’était une version branlée ou que c’était merdique. J’ai une cheville de merde.

Jean-Luc Godard: C’est un hamburger.

Jean-Pierre: Oui, d’accord. Il faut faire attention aux histoires que nous répétons. Donc, c’est important de savoir combien de personnes traversent cette crise existentielle de 40 ans, qu’est-ce que cela signifie? J’ai 50 ans et qu’est-ce que ça veut dire ? Nous nous mettons dans une double contrainte d’avoir ces attentes de qui nous pensons que nous sommes censés être. Et puis cela peut finir par se traduire par un schéma musculo-squelettique. Et dans le livre, j’ai beaucoup fait référence à William James, il est connu comme le père de la psychologie moderne. Et il était l’une des voix principales et la conversation de regarder la sensation, l’expérience et l’émotion à partir d’une lentille de bas en haut plutôt que de haut en bas. En tant qu’être de bas en haut comme le corps dans l’esprit et de haut en bas être l’esprit jusqu’au corps. Qui encore une fois, le corps mental, comme votre corps ne connaît pas ces termes, ceux-ci sont encore des termes inventés. Un concept d’esprit et de corps, nous l’avons inventé.

Jean-Pierre: Donc d’abord, c’est comme reconnaître cela. Mais l’une des choses qu’il a suggérées que j’ai référencées dans le livre est si vous, je pense que la référence qu’il a utilisée était, si vous voyez un ours dans les bois, parce qu’il était de X il y a 100 ans. Est-ce que si vous voyez un ours, il suggérerait que votre corps vous entraîne dans une sensation de peur par opposition au concept selon lequel l’ours invoque certaines voies neuronales dans le cerveau. Et puis c’est le primaire qui même encore les voies neuronales seront une forme de mouvement, vous êtes toujours ému, n’est-ce pas? Il n’y a pas de sensation sans mouvement. Donc, si vous définissez, il s’agit simplement de déplacer la barre de votre définition spécifique du mouvement. Mais en fin de compte, pour que vous en fassiez l’expérience, c’est du mouvement.

Jean-Pierre: Ainsi, lorsque vous traversez un scénario, quel qu’il soit, vous pouvez commencer à exploiter de nombreux leviers différents. C’est la grande chose qui aime la métaphore que j’utilise probablement plus que nécessaire. Nous avons ces bascules et nous avons ces leviers sur lesquels nous pouvons tirer pour changer notre état, à utiliser comme Tony Robbins parle. Mais la plupart d’entre nous ne le font pas, soit nous sommes aveugles à voir les leviers sur le mur ou sur notre corps. Et donc, quand nous nous déplaçons tout au long de nos journées, c’est comme si je pensais que dans le livre, je faisais en quelque sorte une ventilation et un exercice de décomposition de la façon dont vous voudriez vous sentir. Et puis en vous visualisant dans cet état et en visualisant spécifiquement à partir d’une posture à partir d’une lentille de motif de mouvement. Comme quelle est la forme de votre corps lorsque vous êtes dans cet état.

Jean-Pierre: Et c’est une chose tellement intéressante si vous pensez que vous prenez un moment, c’est comme si oui, qu’est-ce que le contentement, la satisfaction ou l’amour? Quelle est l’expression posturale de l’amour? Et être capable de vous donner un moment et de commencer à ressentir cela. Et puis testez-le, allez à votre prochaine réunion d’affaires, ou à votre prochaine conversation ou conversation avec votre fils, votre fille, votre femme ou votre petite amie, et passez à la conversation avec cet objectif et voyez simplement ce qui se passe.

Jean-Luc Godard: Oui, c’est incroyable pour moi de voir comment cela, la connexion corps-esprit, m’amène à une pièce très tôt peut-être dans l’intro du livre, trois principes que vous appelez à la prise de conscience. Un, que vous n’avez aucune idée de la profondeur de vos capacités physiques ou de votre résilience, 99,99% de la population, il n’a jamais été confronté à ces choses. Donc, vous connaissez votre véritable profondeur, votre étendue, ce qui est possible pour vos capacités physiques. La plupart des gens ne le savent pas. Deux, que c’est l’état naturel d’un être humain d’être sans douleur. Et trois, que votre corps est en fait conçu pour fonctionner sur une durée de vie qui pourrait facilement éclipser 100 ans. Donc, ce ne sont pas comme des suppositions, c’est un fait, non? La plupart des gens ne connaissent pas la définition de la profondeur de leur possibilité.

Jean-Luc Godard: Les humains sont censés être sans douleur et votre corps est un mécanisme incroyable qui est censé se déplacer pendant plus de 100 ans. Si vous vous concentrez simplement sur ces trois choses et que vous prenez une série de mesures que je considérerais simples, pas faciles, mais simples. Vous pouvez réellement commencer à comprendre et à expérimenter les principes fondamentaux que vous avez indiqués. Allez-y et commentez Aaron si vous voulez.

Jean-Pierre: Non, eh bien, je veux dire, c’est juste revenir aux histoires que nous nous racontons, commencer à ajuster le récit que vous attribuez à faire des choses difficiles. Et donc, si vous pouvez obtenir comme si j’avais des amis, Connaissez-vous les gens mal à l’aise Amar, ou l’un de ces gars? J’ai l’impression qu’ils sont dans ta timonerie.

Jean-Luc Godard: Non, je ne sais pas mais-

Jean-Pierre: Oui, la théorie est la chaîne YouTube, ils ont comme une grande chaîne YouTube, ils sont super géniaux, mais leur marque s’appelle Seek Discomfort. Et c’est le problème, si vous pouvez commencer à changer ce récit où les choses qui vous mettent mal à l’aise, vous l’avez en fait déplacé, c’est de là que vous en tirez le jus. C’est comme quand je suis mal à l’aise, je sais que cela signifie que je suis au bon endroit. Cela signifie qu’il y a une récompense de l’autre côté de cela. Donc tu es comme le chien classique de Pavlov te conditionnant en aha, je suis à nouveau dans cet inconfort et finit par devenir comme une taupe. Au lieu d’être dans un endroit qui, à travers ce processus d’évolution humaine, nous avons fait un si bon travail pour éviter l’inconfort que nous sommes comme, oh, merde, nous en avions besoin. Comme si nous étions trop efficaces.

Jean-Luc Godard: Droit. Le plongeon froid en était un excellent exemple, non? [inaudible 01:02:15] j’ai approuvé votre livre, j’ai un plongeon froid ici chez moi. Et j’y suis tous les matins et il n’y a pas un matin et comme, tu sais quoi, ça va être tellement amusant. Mais dès que tu es là-dedans, tu te dis que je fais ça pour une raison. Il y a en fait du bien et cela devient confortable d’être inconfortable ou si vous l’avez déjà été, vous allez parler de confort des créatures, vous allez camper et si vous réalisez que cela vous prend comme 25 minutes, 30 minutes pour faire une tasse de café. Et puis le café ou la nourriture le repas a un meilleur goût. Et c’était tellement difficile à faire.

Jean-Pierre: Qu’as-tu fait? Tu t’es installé dans ce café, n’est-ce pas ? J’ai donc cette machine à café incroyable dans ma cuisine où littéralement, j’appuie sur un bouton et il y a des grains de café dedans, et ça va à l’expresso, ça fait tout. Et je m’en vais, je reviens, comme du bam, comme du café, de la caféine directement sur le visage. Je le prendrais, je me sens toujours bien après l’avoir bu. Mais je ne me suis pas déplacé dans le café. Toute votre histoire pour toujours jusqu’à ce que comme si c’était la modernité ou vous pouvez dire comme l’ère agraire que depuis que nous avons commencé l’agriculture, c’est comme il y a 10 000 ans. Donc, l’histoire de l’organisme humain, ce serait si c’était un rouleau de papier toilette. Ce serait comme un tout petit morceau de votre expérience humaine sur cette chronologie, cette chronologie linéaire. Et ce faisant pour toujours essentiellement, si vous vouliez faire une chose, vous vous êtes déplacé dans la chose.

Jean-Pierre: C’est comme le codage sur lequel nous fonctionnons. Et donc, quand vous êtes en camping et tout ça, ce que je voulais dire et qui m’enthousiasmait, c’était de commencer à utiliser des outils exploitables que les gens peuvent utiliser, c’est de commencer à positionner vos activités, vos amitiés et vos relations d’affaires et tout ce qui concerne aussi la joie, le mouvement de jeu, la nature. Prenez le médicament, nous avons ce cabinet dont à peu près tous les experts seraient d’accord pour dire que, oui, c’est toujours bon pour vous. Et commencez à infuser cela dans vos activités avec d’autres personnes. Et finalement, je pense que cette connexion tribale, cette amitié, cette relation, la statistique ou le concept selon lequel la solitude est pire que de fumer 18 cigarettes par jour et c’est ce tueur énorme.

Jean-Pierre: C’est ce régulateur de l’âme humaine et vous pouvez ensuite extrapoler, qu’est-ce que l’âme ? Peut-être que ce sont des âmes associées à notre fonction immunitaire, associée à notre flux lymphatique et à notre fonction cardiovasculaire, tout ça. Et je pense que si tu ressens ce que dit David Goggins, j’ai pris son âme, ce sentiment d’oh, je suis un perdant, non? Cette âme, vous prenez ça, qui a des traductions physiologiques. Et je pense qu’avoir cette connexion humaine, je ne pense pas savoir qu’avoir cette connexion humaine est inestimable. En recommençant, positionnez vos vies autour de ce qui me rapproche pour contribuer à quelque chose de significatif. Et ce qui me rapproche de passer du temps avec des gens que j’aime et qui se soucient de nourrir ces relations, de créer des ancres dans ma vie. Et donc c’est du soutien, non?

Jean-Pierre: Nous avons donc parlé de trouver une colonne vertébrale neutre et de trouver une pression intra-abdominale et de trouver une réduction… Si vous avez une articulation flasque ou une hyperlaxité, c’est comme trop de relâchement, c’est instable, c’est hors de contrôle. Et donc, ce sont des expressions posturales pour un état ressenti. Si vous vous sentez instable, vous vous sentez hors de contrôle, vous vous sentez comme le chaos, comment cela se traduit-il dans le corps? Quoi qu’il en soit, c’était un long [diaphonie 01:06:32].

Jean-Luc Godard: Non, mec. C’est pourquoi j’aime votre travail parce que je pense qu’il démontre l’interdépendance avec ce manque de comme si ce n’était pas nécessairement une sorte de cause à effet. Ce qui est un point de départ raisonnable pour parler de la façon dont vous avez organisé le livre a beaucoup à voir avec, nous avons dansé à travers une myriade d’entre eux. Mais cette idée dans la première partie d’accueillir quelqu’un dans son corps, cette compréhension de l’endroit où vous vous situez, comment vous vous auto-diagnostiquez, c’est le truc postural dont nous avons parlé comme exemple. Pas tout englobant, mais à titre d’exemple. La deuxième partie du livre, les mouvements quotidiens, dont vous avez déjà parlé, l’articulation des hanches, la respiration et la pendaison, ce sont des exemples de choses accessibles à tous. Pour ce que nous n’avons pas couvert, en marchant et pour nous asseoir, nous l’avons fait d’une certaine manière parce que vous avez mentionné, comment joignez-vous vos choses de travail à des choses que les gens sont à peu près universellement d’accord pour vous, comme la marche.

Jean-Luc Godard: Les réunions à pied sont incroyables. J’ai commencé à le faire il y a environ six ou sept ans. Et j’adore ça, si vous pouvez vous promener avec un collègue pour le travail, cette idée, elle semble plus précieuse que la simple réunion clairement.

Jean-Pierre: Oui, d’accord. Mais ensuite, cela vous amène à penser différemment. Alors que vous êtes là-bas en train de marcher, si vous voulez avoir des idées créatives, écrire, nous arriverons aux choses que ce serait très court. Mais la façon dont vous bougez, certaines des recherches qui ont été faites autour de cela spécifiquement avec l’écriture cursive, et la suggestion est qu’en écrivant en cursive parce que nous traversons ces mouvements fluides avec nos poignets, cela peut être favorable à la créativité. La science est parfois drôle lorsque nous essayons de créer essentiellement ces productions isolées, mais si vous en avez fini avec un cours de danse, comment se sent votre esprit? Nous n’avons pas besoin d’avoir toujours comme ça, allez simplement faire [diaphonie 01:08:43]. Dites-moi ce que vous ressentez. Il est probablement beaucoup plus facile pour vous de marcher vers cette personne qui vous aurait rendu nerveux auparavant.

Jean-Pierre: Parce que vous êtes dans votre corps et que vous avez traversé cette période et que vous exprimez et tout d’un coup, vous êtes sur le chemin du retour, vous avez toutes ces nouvelles idées dont vous aviez besoin pour passer à travers ces mouvements afin de faire tourner les vitesses. Les trucs de mise au sol, c’est comme si on en parlait avant avec la Tanzanie. Les cultures du monde qui ont passé du temps avec leurs hanches en dessous de la hauteur de leurs genoux, que nous avons délaissées en tant que culture moderne. Nous passons la totalité de notre journée assis dans une version des hanches à neuf degrés, des chevilles à neuf degrés, des genoux à neuf degrés. D’habitude un peu affalé. Cette position si vous deviez regarder n’importe quel animal dans la nature, s’il est là, vous retirez l’ordinateur, retirez le téléphone portable, vous regarderiez cet animal et vous supposeriez que c’est la façon dont nous transmettons des informations les uns aux autres par le langage corporel, la tonalité de la voix et le rythme de notre langage.

Jean-Pierre: Mais il y a des millions d’informations, des indices visuels que nous nous envoyons les uns aux autres. Et puis, parfois, nous pouvons être pris dans les mots, mais je pense que le sens le plus profond est le langage corporel dans le ton. Si vous deviez voir un animal dans la nature dans cette position, vous supposeriez que cet animal est malade, n’est-ce pas? Vous supposeriez que cet animal est triste, vous supposez que cet animal vient de perdre sa mère ou quelque chose comme ça. Tu serais comme, oh, ils prennent juste une photo de cadre en acier. Chase Jarvis a sorti la caméra, boom, a eu la photo. Il n’y avait pas de concept d’ordinateurs ou de téléphones portables. Que se passe-t-il avec cette personne ? Quel est leur état ? Vous dites, d’accord, malade ou triste. Et donc, nous le faisons tout au long de la journée pour tant de choses. Les implications de cela, je pense que vous pourriez en quelque sorte extrapoler vos propres idées à ce sujet.

Jean-Pierre: Mais ce que vous pouvez voir du point de vue musculo-squelettique au moins, ce sont des cultures telles que l’Afrique du Nord, l’Asie du Sud-Est, la Méditerranée orientale, en particulier dans des endroits qui étudient avec cela. Passez beaucoup de temps en position assise au sol en général, il y a d’autres facteurs ici aussi. Mais ils ont un minimum à aucun cas d’arthrose des hanches, des genoux, le dysfonctionnement du plancher pelvien est diminué. L’industrie des couches pour adultes dépasse lentement celle de l’industrie des couches pour bébés aux États-Unis. Donc, tu arrives à un certain âge, c’est comme, ce sont des pantalons plus grands, c’est ce que tu fais. Et c’est comme une fois de plus, il y a une conversation de mouvement et tout cela. Et quand nous nous débarrasserons de ces mécanismes de guérison naturels, des mécanismes de mouvement qui nous permettent de retrouver notre pleine fonction, alors bien sûr, cela aura un coût.

Jean-Pierre: Et donc quelque chose que nous pouvons faire, c’est juste commencer à rendre facile et accessible pour vous et votre famille et vos amis de simplement descendre à cette amplitude de mouvement pour descendre au sol. Alors procurez-vous un tapis vraiment confortable dans votre maison, peut-être des poufs marocains ou des coussins de sol. J’ai un canapé ici, j’ai une télé, ma place a l’air plutôt normale. Mais je suis assis par terre en ce moment, tu ne l’aurais pas su si tu ne m’avais pas vu comme se lever. Mais pendant tout ce temps, je suis dans une position de 90, 90 avec mes jambes. J’étais dans une position de chevauchement avant, j’étais dans une position de jambes croisées. Donc je suis comme, j’ai fait du yoga pendant tout ce temps. Il y a une fenêtre juste ici, il y a une rivière à environ 130 pieds. Je vois que je regarde dans les arbres. Je ne vois pas l’eau mais je sais que c’est là que je me sens bien. J’ai la lumière naturelle qui arrive ici. Donc, je suis en captivité, mais j’augmente la captivité, C’est un peu comme, avez-vous entendu l’expérience Rat Park qui a été faite en Colombie-Britannique?

Jean-Luc Godard: Aucun.

Jean-Pierre: Tu as entendu ça ? Donc, la vieille idée de donner de l’eau de cocaïne à un rat, de lui donner de la cocaïne, alors ils vont simplement ruiner leur vie et devenir des toxicomanes abusifs, ou ils vont simplement mijoter et mourir et continuer à sucer cette mangeoire de cocaïne. C’est ridicule. Par exemple, si vous donnez un but au rat et que vous leur donnez du jeu et que vous leur donnez une petite amie au rat, et que vous leur donnez, ils l’appellent comme cela a été fait je pense dans les années 70 ou 80. J’essaie de penser qu’ils ont obtenu son nom de famille était Alexander. Je ne me souviens pas du prénom des chercheurs. Mais ils l’ont appelé Rat Park et ils ont fait ce style de vie génial comme le rat, et ils ont donné au rat toute la cocaïne à la fois. Et les rats n’aiment pas ça dans la cocaïne en fait, ont de temps en temps une bosse, mais ça ne détruit pas ma vie.

Jean-Luc Godard: Je suis amusé de celui-là, c’est incroyable. C’est de bonnes choses là-dedans. Assez de bonnes choses dans ta vie. Oui, tu fais des choix qui te soutiennent.

Jean-Pierre: Vous faites de meilleurs choix. Et donc, ce serait juste, je veux dire, un risque de chute. C’est la principale raison pour laquelle les personnes âgées, nos parents ont besoin d’entrer dans un établissement de vie assistée. Et c’est comme ça en soi est un concept tellement étonnant que nous choisissons consciemment ou inconsciemment de laisser partir ce morceau de nous-mêmes. Il n’y a rien d’intrinsèquement humain à ne pas pouvoir monter et descendre du sol. Si vous faites cela avec n’importe quel niveau de régularité tout au long de votre vie, ce que tout humain naturel comme dans n’importe quel environnement naturel ferait avec régularité. Ce n’est pas juste un jour comme s’en aller. Et donc, cela en soi, je pense que ce serait suffisant, mais il y a les avantages de la circulation lymphatique et de la circulation sanguine et de la mobilité générale de toutes vos articulations et juste la santé des tissus, le dysfonctionnement du plancher pelvien par l’arthrose, ça fait toutes les choses.

Jean-Pierre: Et ce sont les médiums, les pratiques ou les choix les plus sains que nous faisons. Ce sont presque toujours des fusils de chasse. Comme s’il n’y avait pas beaucoup de choses dans le corps complexe humain par opposition au corps compliqué. Dans une voiture, vous pouvez obtenir un travail de peinture ou changer l’huile affecterait beaucoup de choses, mais vous pouvez changer des pièces spécifiques et cela affecte simplement cet endroit. La plupart des choses qui rendent une personne heureuse, en bonne santé, entière, elles le sont à peu près, elles tirent tous les leviers en même temps.

Jean-Luc Godard: Et par fusil de chasse, vous voulez dire qu’ils ont beaucoup d’effet, n’est-ce pas? Ce ne sont pas un faisceau laser qui a un effet très étroit. Et pour moi, cela fait partie du défi avec les produits pharmaceutiques modernes, n’est-ce pas? Et une aspirine aujourd’hui ne passerait pas la FDA parce que c’est trop général. Il a trop d’activateurs différents par rapport au médicament doit empêcher cette protéine particulière de se lier à cette chose qui a ce résultat particulier. Et ce n’est pas approuvé si ce n’est pas assez étroit. Je ne veux pas souffler de fumée mais j’aime votre approche du mouvement de la condition humaine, de l’environnement, de votre capacité à contrôler notre environnement et comment cela façonne notre esprit et notre corps. Je sais que nous avons couvert beaucoup de terrain parce que votre travail est très vaste et complet, comme aligner votre maison pour la santé et la créativité avec ces repères visuels et ces barres suspendues.

Jean-Luc Godard: Et c’est qu’il est également disponible pour tout le monde. Et puis vous entendez des statistiques comme si vous veniez de partager la première raison pour laquelle les gens entrent chez eux, c’est parce qu’ils ne peuvent pas se lever du sol sur lequel ils sont tombés. On peut faire mieux. Nous pouvons aligner notre bureau pour une expérience de travail plus saine, nous pouvons changer-

Jean-Pierre: Et de meilleures affaires, de meilleurs résultats.

Jean-Luc Godard: Ouais.

Jean-Pierre: Parce qu’une fois de plus, le truc du fusil de chasse n’est pas comme, d’accord, je vais juste être en meilleure santé et avoir moins d’inflammation, être plus créatif et me sentir plus généralement comme éveillé et [inaudible 01: 17: 37]. Je le fais exclusivement et mon travail va en souffrir. C’est comme si non, c’est ce qui te rend magnétique. C’est ce qui donne envie aux gens de travailler avec vous.

Jean-Luc Godard: C’est tellement sur le point. Et je tiens à vous remercier encore pour votre travail pour ces gens à la maison Alignent la méthode. Où dirigeriez-vous les gens évidemment, le livre, le podcast, je ne sais pas si vous voulez ajouter une couleur supplémentaire? Quel est le meilleur endroit pour que les gens soient en contact avec vous et votre travail?

Jean-Pierre: Je pense que la plupart des gens prennent probablement leur téléphone portable et vont généralement sur Instagram. Donc, tous mes trucs sont à Align Podcast. Instagram est donc un podcast d’alignement, un podcast appelé Podcast d’alignement. Si vous êtes ouvert, j’aimerais vous avoir sur le podcast à un moment donné. Pas de rancune.

Jean-Luc Godard: Inscrivez-moi.

Jean-Pierre: Voilà.

Jean-Luc Godard: Je m’engage devant 1000 personnes. Rechargez.

Jean-Pierre: J’adore ça. Faisons ça. Donc, puis le livre les méthodes d’alignement. C’est une version révisée élargie, elle sort le 11 janvier. Et oui, donc vous pouvez pré-commander cela si c’est avant le 11 janvier. Et si ce n’est pas l’idéal, rendez-vous à votre librairie pour le saisir. Si vous allez sur Amazon peut-être le faire sur un ordinateur portable comme à l’extérieur, ce serait génial. Enlevez vos lunettes de soleil. Donc, vous obtenez une lumière à spectre complet sur vos globes oculaires. C’est ma suggestion.

Jean-Luc Godard: Votre pensée est simple et profonde. Et c’est la combinaison très difficile que je respecte et admire vraiment. Cette communauté se précipitera et s’occupera de l’achat anticipé de votre livre et sortira en janvier. Nous l’abandonnons d’ici là autour de votre semaine de pub pour vous aider. Merci pour le travail que tu fais Aaron. Je suis heureux d’être sur le podcast. Nous allons retourner cela et peut-être même le syndiquer à ce public de la liste. Merci pour le travail que vous apportez au monde. Et encore une fois, le livre est exceptionnel et vous apprécierez vraiment le podcast si vous avez apprécié un élément de ce dont nous avons parlé aujourd’hui. Rendre votre lieu de travail meilleur, votre maison meilleure et globalement votre vie meilleure grâce au mouvement et à l’alignement. Aaron, merci de vous joindre à nous sur l’émission. Vous avez été un invité incroyable et jusqu’à la prochaine fois tout le monde dans le monde. Nous vous disons tous adieu.

propulsé par


CRLV-BOX-SOLID-CMYK-large

Ce podcast vous est présenté par CreativeLive. CreativeLive est le plus grand hub au monde pour l’éducation créative en ligne dans photo / vidéo, art / design, musique / audio, artisanat / fabricant, argent / vie et la capacité de gagner sa vie dans l’une de ces disciplines. Ce sont des cours de haute qualité et hautement organisés dispensés par les meilleurs experts du monde — lauréats des prix Pulitzer, Oscar, Grammy, auteurs les plus vendus du New York Times et les meilleurs entrepreneurs de notre époque.